A l’occasion du dépôt officiel en Préfecture de sa liste pour les Sénatoriales, ce matin, jean-Noël Guérini a tenu à rencontrer la presse. Avant de se soumettre au traditionnel jeu des questions/réponses, il leur a tenu ces propos :

” Mesdames, Messieurs les journalistes,

Dans neuf jours exactement, 3062 grands électeurs désigneront les huit sénateurs qui représenteront les Bouches-du-Rhône au Palais du Luxembourg durant les six prochaines années. Huit sénateurs, six ans…

Ces chiffres résument rapidement deux modifications de cette élection, qui a été repoussée d’un an, en raison du calendrier électoral de l’année 2007. Il y aura, en raison des évolutions démographiques, un sénateur de plus dans notre département, et la durée du mandat a été réduite de trois ans.

Bien évidemment, je reviendrai dans quelques instants sur le contexte politique dans lequel se déroule ce scrutin. Mais avant toute chose, permettez-moi d’insister sur les véritables enjeux de l’élection.

Je tiens à rappeler que, selon les termes de la Constitution de 1958, elle assure la représentation des collectivités territoriales de la République. Mais il est aussi une assemblée où se discutent et se votent les lois de la République.

Au cours de mes dix premières années de mandature, j’ai mesuré l’importance de cette mission. Et je sais aussi que le Sénat est une tribune où bien des causes peuvent être défendues, tant dans les domaines de l’aménagement du territoire, que du développement économique et de la protection de l’environnement.

C’est en étant sur cette ligne que je conduis, pour l’élection du 21 septembre, une liste de rassemblement, composée à parité d’hommes et de femmes, maires, élus, attentifs aux préoccupations des habitants du département et soucieux de défendre notre identité et le développement harmonieux de notre territoire.

L’expérience, la sagesse, le dynamisme et l’innovation, ces hommes et ces femmes ont prouvé, ici, quelles étaient leur ligne de conduite. Il en ira de même à Paris pour mes colistiers que je suis heureux de vous présenter :
-Isabelle Pasquet,
-Roland Povinelli,
-Samia Ghali,
-Serge Andreoni
-Janine Ecochard
-Michel Amiel
-Magali Giovannangeli
et
Jean-Pierre Maggi et Florence Masse comme suppléants.

Notre souci, notre combat, notre engagement, ce sont les Bouches–du– Rhône et les 119 communes qui composent un département qui a connu de nombreux changements ces dernières années.

A nous de les accompagner intelligemment, tout en sachant rester à l’écoute de ceux et celles qui s’interrogent sur les effets de ces évolutions.

Notre engagement sur le terrain est le meilleur des gages que nous pouvons apporter aux électeurs et nous avons prouvé, depuis des années, que nous sommes véritablement à l’écoute des maires, des élus locaux et de l’ensemble de la population.

Je tiens donc à dire clairement que cette élection n’est pas un troisième round des municipales et des cantonales. Et la campagne que nous menons, d’ailleurs, ne se place pas sur ce terrain. Read More →

A l’occasion de l’Assemblée générale des militants de la contribution “La ligne claire” à Allauch, mercredi soir, Jean-Noël Guérini aborde sa vision du réformisme et de la gouvernance au Parti Socialiste.

A ce propos, il n’oublie pas de préciser qu’avant d’être un élu, il est surtout un militant et invite ses camarades dirigeants socialistes à ne pas l’oublier.

Discours de Jean-Noël Guérini, prononcé hier soir à Allauch devant plusieurs centaines de militants socialistes des Bouches-du-Rhône, à l’occasion de l’Assemblée générale de “La ligne claire“.

“Chers camarades,

C’est avec plaisir que je vous retrouve ce soir, dans une salle où résonnent encore les échos de moments forts de notre histoire collective.

Ici, à Allauch, vibre encore l’enthousiasme qui nous a conduit vers de bien belles victoires.
C’est pour cela que je ne doutais que vous seriez nombreux, mais votre mobilisation prouve que nous nous approchons de rendez-vous déterminants.

Pourquoi le cacherai-je ? C’est avec gravité que je m’adresse à vous. Avec gravité, avec solennité, mais aussi avec fermeté et avec détermination..

Car cette assemblée générale de « La ligne Claire » n’est pas une rencontre formelle, un simple meeting de rentrée que nous imposerait la routine du calendrier d’avant – congrès.

Dans dix semaines, nous serons, je l’espère, je le crois, rassemblés pour le congrès de Reims.

Oui, je le dis : nous serons rassemblés parce que « la ligne claire » que nous défendons, que nous avons forgée et que nous renforçons, nous pourrons la porter sur les fonts baptismaux d’une majorité solide, homogène et dynamique.

Ne croyez pas, mes chers camarades, que je me berce d’illusions. Plus que jamais, je suis sur cette ligne claire, une ligne juste, la ligne de la franchise et de la clarté, de la rigueur et du courage, la ligne de l’audace et de l’imagination. C’est elle, et elle seule qui favorisera le rassemblement et sauvera notre parti des maux qui le minent depuis trop longtemps.

J’ai fait des choix au printemps dernier et ces choix vous les avez partagés avec un grand nombre de militants et d’élus.

Ces choix, précis, refusaient la facilité et le laisser – faire ! C’est en continuant sur cette voie, avec nos qualités et notre force de conviction que nous allons dans les jours qui viennent, les faire partager et les transformer en une démarche raisonnée et partagée, en démarche majoritaire !

Avec Pierre Moscovici, avec Gérard Collomb, Vincent Feltesse, Manuel Valls, Alain Rousset, Jean Germain, Michel Vauzelle et tous ceux qui veulent tourner la page d’un parti immobile et fragmenté, nous serons, vous serez, le moteur du renouveau. Read More →

Je veux saluer fraternellement la communauté musulmane de Marseille et des Bouches-du-Rhône, qui ouvre le 9e mois de son calendrier et s’apprête à entrer dans la période du ramadan.

Le jeûne qui en est le symbole le plus fort est une manière de se centrer sur l’essentiel, dans un moment où le recueillement et la compassion envers les plus pauvres peuvent se manifester de diverses manières.

Comment ne pas espérer que ce message de solidarité accompagne et réconforte les plus fragiles, alors que nous mesurons les mille et une difficultés qui rendent le quotidien plus difficile.

Read More →

Il n’est pas question pour moi de faire la fine bouche sur l’intérêt du Revenu de Solidarité Active.

A plusieurs reprises, j’ai plaidé pour l’expérimentation de cette mesure car le R.S.A. me paraît être une forme d’incitation à la reprise d’emploi qu’on ne peut écarter si l’on a le souci de l’efficacité.

Le Président de la république a donc arbitré en faveur de Martin Hirsch et c’est une bonne chose. Toutefois, je tiens à ajouter que je suis conscient des limites de ce nouvel outil qui n’est pas, loin s’en faut, la panacée et nous sommes loin de l’avancée représentée par le RMI en 1988…

Dans le tintamarre médiatique qui fait désormais office d’information, on nous a certes parlé du Revenu de Solidarité Active, mais on s’est aussitôt empressé d’embrayer sur les embarras de la gauche face à une décision qu’elle aurait pu prendre et l’urticaire de la droite face à la mise en place d’un nouvel impôt.

Paroles, paroles, comme d’habitude, serais je tenté d’écrire. Le R.S.A. n’est pas de droite, ni de gauche.

Il est juste, légitime ou il ne l’est pas. C’est à l’aune de l’efficacité que l’on doit juger les choix en matière d’emploi, d’insertion et de lutte contre les exclusions.

Mais si l’on veut être pertinent, il faut tout de même pousser un peu plus loin l’analyse et essayer de voir dans quel cadre politique s’inscrit le choix du locataire de l’Elysée. Et en la matière, il y a loin de la coupe aux lèvres.

Read More →